Razan Al Mubarak fête son premier anniversaire en tant que présidente de l'UICN

Il y a un peu plus d'un an, Razan Al Mubarak était élu nouvelle présidente de l'UICN. Sa première année de mandat constitue une étape importante et une excellente occasion de vous informer des progrès réalisés par l'UICN, sous sa direction, dans la mise en œuvre des résolutions et des décisions adoptées lors du Congrès, tout en définissant les objectifs pour l'année à venir. 

Mme Al Mubarak a déclaré : "Il est plus important que jamais de plaider avec ambition en faveur de notre planète avec l'urgence que ce moment mérite. Le travail que nous faisons pour l'UICN et la conservation de la nature est vital - et ce n'est pas un travail solitaire : ensemble, nous pouvons contribuer à un avenir sain pour notre planète."

Les points forts des travaux du Conseil au cours de l'année écoulée sont comme suit :

  • La création d'une Commission sur le changement climatique et la nomination de Manuel Pulgar-Vidal, l'ancien ministre de l'environnement du Pérou, comme président intérimaire de la Commission. À ce poste, M. Pulgar-Vidal dirigera la Commission en mobilisant et en coordonnant les efforts pour faire face au changement climatique dans l'Union.
  • En septembre 2022, Mme Al Mubarak a représenté l'UICN à la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York ; elle s'est engagée auprès des champions de haut niveau des Nations Unies en matière de changement climatique lors de la COP26 pour plaider en faveur de solutions fondées sur la nature ; elle a assuré l'interface avec le Forum économique mondial pour la planification des COP27 et COP28 de la UNFCCC ; et elle s'est jointe aux leaders mondiaux pour s'engager à atteindre des objectifs de conservation lors de la COP15 à Montréal.
  • L'UICN a accéléré ses efforts pour poursuivre, surveiller et adapter des approches intégrées afin de résoudre les crises de la biodiversité et du climat, notamment en plaidant pour l'adoption de solutions fondées sur la nature pour lutter contre le changement climatique lors de la prochaine Conférence des Nations Unies sur le changement climatique (COP 27) à Sharm El-Sheikh, en Égypte, en novembre, et lors de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique à Montréal, au Canada, en décembre.
  • Le Conseil de l'UICN a fait de grands progrès dans l'élaboration d'une vision stratégique sur 20 ans, comprenant une stratégie financière et un plan stratégique pour l'Union, comme l'ont demandé les membres de l'Union lors du Congrès mondial de la nature à Marseille(WCC-2020-Dec-147-FR). Jusqu'à présent, le Conseil a élaboré et approuvé le mandat du groupe de travail intersessions et le Bureau a reçu des manifestations d'intérêt de la part de Membres de l'Union pour devenir membres du groupe de travail du Conseil et a recommandé des noms pour les nommer au Conseil.  

Pour l'avenir, Mme Al Mubarak attend avec impatience la toute première réunion du Conseil de l'UICN qui se tiendra à Abu Dhabi, dans son pays natal, les Émirats arabes unis, et la 28e session de la Conférence des Parties (COP28) qui se tiendra à Dubaï en novembre 2023. 

En tant que première femme arabe à occuper le poste de Présidente de l'UICN, Mme Al Mubarak apprécie particulièrement l'empreinte que son rôle de Présidente a laissée sur d'innombrables jeunes femmes à travers l'Asie occidentale, l'Afrique du Nord et à travers le monde, les inspirant à jouer un rôle actif dans la conservation de la nature et de la biodiversité.  

Razan Al Mubarak prononce le discours d’ouverture du Congrès des aires protégées d’Afrique de l’UICN

La présidente de l’UICN, Razan Al Mubarak, a prononcé le discours d’ouverture du Congrès des aires protégées d’Afrique de l’UICN, le 18 juillet 2022, à Kigali, au Rwanda.

Soulignant que vingt-cinq pour cent de la biodiversité mondiale se trouve en Afrique, Mme Al Mubarak a insisté sur le rôle essentiel que les aires protégées d’Afrique peuvent jouer dans la lutte contre la perte de biodiversité et le changement climatique.

« Les aires protégées bien conçues et efficacement gérées et gouvernées ne servent pas seulement de bastions pour la biodiversité, mais elles fortifient fondamentalement et de manière fondamentale notre santé, notre économie, notre société, notre identité même, ainsi que notre culture. Dans le contexte d’un monde si polarisé, elles forment et deviennent également des symboles de notre humanité commune », a déclaré Mme Al Muburak. 

Elle a ajouté que le moment est venu de « saisir cette occasion d’intérêt mondial pour l’environnement » pour concevoir un nouveau modèle de conservation où les communautés sont responsabilisées, où les femmes et les jeunes sont impliqués de manière authentique et où la science et les connaissances locales sont adoptées.

L’événement qui a duré six jours était le tout premier rassemblement de dirigeants, de citoyens et de groupes d’intérêt africains à l’échelle du continent, pour discuter du rôle des aires protégées d’Afrique. Le rassemblement s’est clôturé par l’adoption de l’Appel à l’action de Kigali par plus de 2 400 participants. Les actions prioritaires comprennent le renforcement des droits des peuples autochtones et des communautés locales, l’augmentation des investissements financiers publics et privés dans la conservation et les aires protégées, ainsi que le renforcement de la collaboration panafricaine à ces fins. En outre, l’événement a conduit à la création d’un nouveau fonds fiduciaire de conservation de 200 milliards de dollars qui contribuera à la protection d’environ 8 600 aires protégées englobant 26 millions de kilomètres carrés sur le continent.

Regardez le discours d’ouverture de Mme Al Muburak ici.

Razan Al Mubarak élu président de l'UICN

Le 8 septembre 2021 Razan Al Mubarak a été élue Présidente de l’UICN pour un mandat de 4 ans. Vous pouvez écouter le discours de Razan Al Mubarak acceptant sa nomination en conclusion du Congrès Mondial de la nature-UICN 2021 ou en lire la transcription ci-dessous.


Chers invités, Mesdames et Messieurs, et mes collègues membres de l'UICN.

Je suis vraiment honorée et heureuse de me présenter devant vous ce soir à la cérémonie de clôture du Congrès mondial de la nature 2021 en tant que votre nouvelle présidente. Et je m'engage à assumer cette grande responsabilité et à gagner votre confiance en ce moment critique pour la planète.

Au début de mon allocution, je voudrais tout d'abord remercier la grande ville de Marseille, notre hôte bienveillant, la France pour leur hospitalité vraiment incroyable et pour avoir assuré notre santé et à notre sécurité pour tous ceux qui ont été en mesure d'y assister en personne. Merci. Et en notre nom à tous, j'aimerais également remercier et féliciter l'incroyable équipe du Secrétariat de l'UICN qui a fait de ce Congrès un grand succès.

Comme nous l'avons entendu, ce Congrès hybride a dépassé toutes nos attentes, tant en termes de participation qu'en termes de participation aux votes. En fait, plus de membres ont voté lors de ces élections que lors des trois derniers Congrès. Merci. Cela ne se serait pas produit sans votre dévouement et vos efforts inlassables. Chapeau!

Mais ce succès, à son tour, est le reflet du dévouement extraordinaire de nos membres qui, malgré les défis, ils ont assisté virtuellement ou en personne pour renouer avec leurs collègues, pour renouer avec la famille élargie de l'UICN, ceux qui ont voté virtuellement ou en personne pour faire avancer les valeurs démocratiques de l'UICN et qui ont contribué personnellement ou virtuellement à unir et à galvaniser nos efforts collectifs pour protéger la nature. Shukran. Merci. Thank you. Y muchas gracias.

M. Bruno, directeur général de l'UICN, vous avez réussi à diriger notre organisation bien-aimée en dépit de cette pandémie mondiale, et je m'efforce de prendre les rênes de la présidence aussi rapidement et aussi efficacement que vous l'avez fait. Il est de notre responsabilité commune de compléter nos forces mutuelles et veiller à ce que les rôles et les responsabilités du président et du directeur général soient clairs et bien définis et travailler ensemble pour harmoniser le conseil, le secrétariat, les bureaux régionaux et, bien sûr, les comités régionaux et nationaux. Cela contribuera à faire en sorte que nous travaillions tous ensemble de manière synergique, efficace, avec transparence et intégrité, avec un sentiment d'urgence et sans jamais perdre de vue ce que la nature exige de l'UICN.

Je voudrais également profiter de cette occasion pour saluer les neuf années de service de notre ancien président, M. Zhang Xingsheng, qui nous a rejoints virtuellement depuis la Chine tout au long de ce Congrès et qui continue de montrer son engagement à travers ses paroles et ses actions.

Et pour le conseil nouvellement élu, félicitations. Notre travail commence maintenant. Demain, c'est notre première réunion du Conseil, et il sera essentiel d'établir dès le début notre engagement commun en faveur de la protection de la nature, notre devoir envers tous nos membres et notre obligation de coopération, de professionnalisme et d'authenticité.

Nos membres ont non seulement mis leur confiance en nous pour servir le syndicat, mais en fin de compte, ils nous ont fait confiance pour servir la nature. Mesdames et Messieurs, nous sommes tous d'accord pour dire que la nature a besoin de l'UICN pour se renforcer. Nous avons besoin d'une UICN visionnaire, prête à prendre des mesures fortes, audacieuses et ambitieuses. N'oublions pas non plus que c'est l'UICN qui a été à la base de ce que nous connaissons comme étant la conservation de la nature. Il est temps de raviver l'esprit d'innovation, “car rien n'est impossible” tout en adoptant les valeurs de compassion, d'inclusion, de respect et de diversité.

Mesdames et Messieurs, prendre soin de la nature et de la biodiversité est notre devoir éthique, et pas seulement un champ de travail. Nous devons accepter dans notre cœur la contribution de la nature à l'humanité. Il est de notre devoir de lutter pour la nature, non seulement en raison de ce qu'elle fait pour nous, mais aussi pour sa propre valeur intrinsèque.

Et enfin, je me tiens devant vous. En tant que première femme arabe présidente de l’histoire de l’UICN. Et pour cela, du fond du cœur, je vous remercie tous de m'avoir confié cette grande responsabilité et, ce faisant, d'inspirer les innombrables femmes et jeunes d'Asie occidentale, d'Afrique du Nord et du monde entier qui aspirent à réaliser leurs rêves. Vous êtes notre avenir et notre plus grand espoir d'un avenir meilleur.

Alors que nous partons, physiquement et virtuellement, je vous souhaite, à vous et à vos proches d'être en sécurité et en bonne santé, et je souhaite également que vous emmeniez l'esprit de cet événement avec vous au prochain quadriennat pour faire en sorte que la communauté de l'UICN progresse, poursuive sa mission avec un sentiment d'urgence, avec un sentiment d'espoir que ce moment exige.

Merci beaucoup.

Dans le débat des candidats à la présidence de l'UICN 2021, Razan offre un message optimiste pour l'avenir de l'Union

Razan Al Mubarak a exprimé sa vision de l'Union lors du récent débat des candidats à la présidence de l'UICN 2021, animé par l'ancien Premier ministre français, Laurent Fabius.

Le débat a eu lieu avant le vote électronique qui sera ouvert à tous les membres de l'UICN, où qu'ils soient, le 4 septembre 2021. 

Dans son dernier discours, Mme Al Mubarak a lancé un message d'espoir pour l'avenir de la conservation :

« L'UICN a tant à offrir en ce moment critique, d'autant plus que de plus en plus de personnes reconnaissent que la protection de la nature est essentielle pour résoudre les défis actuels auxquels nous sommes confrontés, et que les solutions axées sur la nature gagnent du terrain.

C'est l'occasion de ramener à l’ordre du jour mondial la grande vision de l'Union où la nature est élevée au rang de crise existentielle.

L'heure est venue pour nous de relever ce défi et de repenser et réimaginer la conservation de la nature. Le temps de la procrastination est révolu. Nous devons être audacieux. Nous devons être rapides. Nous devons innover. Et armés d'optimisme et d'humilité, nous devons permettre à l'UICN d'être une défenseure plus active et plus efficace de la conservation de la nature au niveau mondial. Je suis convaincue que nous pouvons le faire collectivement. Nous réussirons, car la nature a besoin de nous et nous avons besoin de la nature ».

Regardez le premier débat sur la chaîne YouTube de l'UICN.

Des Experts de la Conservation des Espèces se Réunissent à Abou Dhabi pour Renforcer l'Action Mondiale en Faveur de la Biodiversité

La réunion très attendue d'experts internationaux vise à influencer fortement le fonctionnement, la croissance et l'intégration du travail de conservation des espèces. Onze ans après la première réunion des dirigeants de la Commission de la sauvegarde des espèces (CSE) de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui s'est tenue à Al Ain en 2008, les dirigeants de l'UICN et de la CSE se réuniront à nouveau du 6 au 9 octobre pour aborder le fonctionnement, la croissance et l'intégration du travail de conservation des espèces.

Lire l'article complet de l'UICN