English Español Français العربية

Une conservation efficace.
Le développement durable.

Razan Al Mubarak a été élue présidente de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) pour un mandat de quatre ans à compter de septembre 2021. Elle est la deuxième femme à diriger l'organisation en 75 ans d'histoire et la première femme présidente originaire d'Asie occidentale.

Razan Al Mubarak est originaire des Émirats arabes unis. Depuis plus de vingt ans, elle joue un rôle essentiel dans l'engagment de son pays vers un avenir plus durable tout en étant à l'avant-garde de la protection environnementale progressive et de la conservation des espèces en Asie de l'Ouest et dans le monde.

Son expérience diversifiée à la tête de la plus grande agence de réglementation environnementale au Moyen-Orient, d'une organisation philanthropique internationale soutenant des projets de conservation des espèces dans le monde entier et d'une ONG axée sur l'engagement citoyen lui a valu d'être reconnue comme l'un des 100 meilleurs jeunes leaders mondiaux par le Forum économique mondial en 2018. Razan est actuellement l'un des trois candidats à l’élection de la Présidence de l'Union internationale pour la conservation de la nature pour un mandat de quatre ans.

Lorsqu'elle a été nommée directrice générale de l'Agence pour l'environnement d'Abu Dhabi (Environment Agency - Abu Dhabi - EAD) en 2010, Razan est devenue la plus jeune personne à diriger une entité gouvernementale d'Abou Dabi et l'une des seules femmes à occuper un tel poste. Sous sa direction et son leadership, le gouvernement a accepté de doubler les aires de protection de la faune et d'adopter les premiers objectifs carbone de la région :  une réduction des gaz à effet de serre de 42 % d'ici 2030. Elle a également mené l'un des programmes de réintroduction d'espèces de mammifères les plus ambitieux au monde : l'élevage de l'oryx à cornes en forme de cimeterre en captivité à Abou Dabi et leur réintroduction dans la nature au Tchad. Cette espèce, répertoriée comme éteinte dans la nature, croit désormais en nombre dans son habitat naturel. Sous sa direction, l'EAD a établi des partenariats mondiaux comme l'initiative Eye on Earth sur les données environnementales, a convoqué quatre réunions de la Commission de la sauvegarde des espèces de l'UICN depuis 2008, et a accueilli l'un des deux bureaux de la Convention sur les espèces migratrices.

Razan est également la directrice fondatrice du Mohamed bin Zayed Species Conservation Fund, contribuant à faire de l'organisation l'une des plus grandes fondations philanthropiques du monde assurant la conservation directe des espèces. Depuis sa création, la fondation a financé plus de 2 000 projets de conservation d'espèces dans plus de 160 pays, restaurant de nombreuses espèces au bord de l'extinction.

Elle a commencé sa carrière dans la conservation en 2001 lorsqu'elle a aidé à créer Emirates Nature, une ONG associée au World Wildlife Fund. En tant que directrice générale, elle a dirigé des initiatives pour protéger le corail des Émirats arabes unis, mené des enquêtes sur le terrain qui ont conduit à la création du premier parc national de montagne du pays et créé le cadre et la culture pour protéger les tortues marnes nicheuses et migratrices.

Aux emirats arabes unis, Razan préside le conseil d'administration du Centre international pour l'agriculture biosaline et est membre du conseil d'administration de nombreux acteurs et parties prenantes environnementales, dont Masdar, une société d'énergie renouvelable basée à Abou Dabi. À l'échelle internationale, elle est membre du conseil consultatif du Conseil économique de la Fondation Rockefeller sur la santé planétaire, de la Cambridge Conservation Initiative et de l'Emirates Diplomatic Academy, ainsi que membre du conseil d'administration de Panthera et de Women in Sustainability, Environment and Renewable Energy Initiative (WiSER). Fervente partisane des arts, de la préservation culturelle et du développement, elle est membre du comité consultatif de la Abu Dhabi Music and Arts Foundation.

Razan est titulaire d'un MSc en compréhension publique des changements environnementaux de l'University College de Londres, au Royaume-Uni, où sa thèse a analysé les lois traditionnelles de la mer dans la région des Émirats arabes unis, et d'un BA (avec Honneurs) en études environnementales et relations internationales de l'Université Tufts dans le Massachusetts aux Etats-Unis.

Fonds de conservation des espèces Mohamed bin Zayed (Directrice Générale)
Plate-forme microphilanthropique
. A fourni plus de 19 millions de dollars US pour soutenir plus de 1 000 projets de conservation d'espèces et de sous-espèces sur le terrain dans plus de 160 pays, concernant plus de 1 000 espèces et sous-espèces. En savoir plus.

Emirates Nature - World Wildlife Fund afflilié
La première filiale de WWF au Moyen-Orient
. Domaines d'intérêt : changement climatique, empreinte écologique, engagement et autonomisation des communautés, éducation et défense de l'environnement. En savoir plus.

Agence de l'environnement - Abou Dabi
Le plus grand organisme de régulation environnementale du Moyen-Orient
. Domaines d'intérêt : qualité de l'air, qualité de l'eau de mer, pêche, réglementation industrielle, zones protégées et conservation des espèces. En savoir plus.

Masdar (Membre du conseil d’administration)
Une entreprise axée sur l'énergie future et le développement durable
. Déployer plus de 13,5 milliards de dollars US en investissements dans les énergies renouvelables et réaliser un développement urbain durable grâce à des initiatives « green print » ou un laboratoire vivant dans la ville de Masdar. En savoir plus.


Impact: Bilan des Accomplissements.

  • Obtient l'engagement d'Abou Dabi de réduire de 42 % ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030.
  • Assure l'augmentation des zones protégées d'espèces sauvages de 30% d'Abou Dabi.
  • Crée le premier parc national de montagne des Émirats arabes unis.
  • Supervise l'un des programmes de réintroduction d'espèces de mammifères les plus ambitieux au monde : élevage en captivité de l'oryx à cornes en forme de cimeterre à Abou Dhabi et réintroduction de cette espèce sauvage alors disparue dans son habitat naturel au Tchad.