Une enquête mondiale révèle comment les activités de conservation ont été perturbées par la pandémie

La pandémie COVID-19 et les mesures de confinement qui y sont associées ont sérieusement perturbé les activités de conservation des espèces dans le monde entier, selon une enquête menée auprès de plus de 300 écologistes de 85 pays. L'enquête a été menée par The Mohamed bin Zayed Conservation Fund, (Fonds de conservation MBZ), dont Razan Al Mubarak est la fondatrice - directrice générale.

L'enquête a révélé que la pandémie avait affecté la capacité de 83 % des écologistes à mener des travaux de terrain essentiels, tandis que 70 % ont déclaré que les activités de conservation prévues avaient été annulées ou reportées. 

« On estime que 10 000 espèces disparaissent chaque année, soit 1 000 fois plus vite qu'à toute autre époque de l'histoire, et le travail de conservation sur le terrain est la première ligne de défense contre l'extinction », a déclaré la directrice fondatrice du Fonds de conservation MBZ. En confirmant que les efforts visant à prévenir le déclin de la biodiversité ont été considérablement mis à mal pendant la pandémie, l'enquête démontre clairement que la communauté de la conservation doit se rassembler pour demander un « plan de rétablissement de la nature » dans lequel les initiatives de conservation obtiennent le stimulus financier nécessaire non seulement pour se rétablir mais pour prospérer à long terme ».

L'enquête a également révélé que :

  • Quarante pour cent des écologistes ont estimé que la pandémie avait eu des répercussions négatives sur leur emploi ou leur carrière, et 22 % ont déclaré que leur organisation prévoyait de supprimer des emplois.
  • Soixante-huit pour cent des personnes interrogées ont déclaré que leur organisation avait connu un impact négatif, 57 % d'entre elles déclarant que leur organisation traversait des difficultés financières.
  • De nombreux écologistes ont souligné une perte de revenus pour leurs organisations en raison de la fermeture de parcs, de zoos et d'aquariums, du déclin de l'écotourisme et de la diminution des inscriptions des étudiants aux cours et aux expériences de terrain.
  • De nombreuses personnes interrogées craignent que la pandémie n'augmente les menaces pesant sur les espèces et les habitats, notamment une augmentation du braconnage en raison de la présence réduite des forces de l'ordre et des touristes et une plus grande dépendance des communautés locales à l'égard de la chasse en raison de l'impact économique sur les moyens de subsistance.

Télécharge une copie du rapport d'enquête pour le Fonds de conservation MBZ.