Éditorial pour AZA : stratégie de redressement des zoos et aquariums du monde face à la COVID-19

Le Dr. Trevor Coote relâche l'escargot arboricole polynésien, ou Partula, en danger critique d'extinction, sur l'île de Moorea. Les populations d'escargots ont été reconstituées dans le cadre de programmes d'élevage gérés dans des zoos du monde entier, dont beaucoup ont subi une perte de revenus inédite pendant la pandémie (Crédit : Trevor Coote).

English Español Français Português العربية

En 2019, les établissements agréés par l'Association des Zoos et Aquariums (AZA) ont fait don de plus de 231,5 millions de dollars à des programmes de conservation dans le monde entier. Mais rien qu'aux États-Unis, les zoos, aquariums et musées perdent 33 millions de dollars par jour à cause de la pandémie de coronavirus.

Dans une page éditoriale pour Connect, la publication de l'AZA, Razan Al Mubarak souligne que « les zoos et les aquariums sont dans une situation financière particulièrement difficile, car ils continuent à assumer tous les coûts de financement des animaux dont ils ont la charge - du plus gros éléphant au plus petit escargot arboricole polynésien - sans revenus de visiteurs ».

Mme Al Mubarak expose ses objectifs d'un « plan de rétablissement de la nature » qui procurera au secteur de la conservation, y compris les zoos et les aquariums, le soutien et le financement nécessaires pour assurer la charge, la conservation et l'étude des espèces menacées et en voie d'extinction.

Lire l'article de Mme Al Mubarak – « La conservation à l'ère de la COVID-19 »