À l'occasion de la COP15, Razan Al Mubarak expose sa vision pour enrayer avec succès la perte de biodiversité d'ici 2030

Nick Donaldson/Getty

Français English Español العربية

À la veille de la conférence des Nations unies sur la biodiversité (CBD COP15) qui se tient à Montréal, au Canada, Razan Al Mubarak a rédigé un article d'opinion pour The National dans lequel elle expose sa vision de la façon dont le monde peut arrêter et inverser la perte de biodiversité d'ici 2030.

Dans l’éditorial, Mme Al Mubarak a appelé les négociateurs à utiliser les ressources et les outils de l’UICN pour mesurer les progrès réalisés dans l’atteinte de leur objectif de conserver au moins 30 % des écosystèmes du monde d’ici 2030. Elle a souligné la valeur de la liste verte des aires protégées et conservées de l'UICN, à la fois comme une feuille de route pour une bonne conservation équitable par zone et comme référence d'excellence mondiale :

« Si l’objectif de 30 % de protection d’ici 2030 est officiellement adopté à Montréal, les gouvernements et les intervenants du secteur privé auront besoin d’outils pour mesurer leurs progrès et s’assurer que les normes de qualité sont respectées. S’appuyant sur son vaste réseau de membres et d’experts, l’UICN fournit depuis longtemps de tels outils, y compris la Liste verte des aires protégées et de conservation de l’UICN, qui garantit que la conservation par zone produit des résultats pour les personnes et la nature. J’invite les négociateurs de Montréal à utiliser cette ressource inestimable. "

 Le Président de l’UICN a également appelé à une conservation équitable et centrée sur les personnes, soulignant l’importance d’une gestion durable des terres administrées par les communautés locales et autochtones :

« Placer une zone sous conservation ne signifie pas exclure les gens qui y vivent, mais devrait leur donner les moyens d’agir et en bénéficier. Dans la plupart des cas, cela ira de pair avec le développement durable et contribuera aux moyens de subsistance locaux, et en aucun cas cela ne devrait aller à l’encontre de la volonté des communautés locales. »

Mme Al Mubarak a également souligné la réserve de zones humides d'Al Wathba près d'Abou Dhabi aux Émirats arabes unis, la toute première aire protégée de la région à obtenir le statut de liste verte de l'UICN en 2019, en tant que modèle mondial de préservation de la biodiversité :

« L’histoire de cet endroit remarquable, qui abrite des flamants roses et d’autres oiseaux migrateurs comme l’aigle royal, peut nous montrer la voie de l’avenir. Aujourd’hui, Al Wathba est un paradis naturel, plein de vie. Mais il y a seulement deux décennies, ce sanctuaire animalier était un complexe urbain-industriel, un diamant brut. Le modèle d’Al Wathba et des autres aires protégées de la Liste verte dans la région peut être imité à travers le monde, si tous les secteurs de la société se réunissent avec un objectif commun. »

Lire l'article complet de Razan Al Mubarak sur The National.