Conservation des espèces: le pouvoir de la science de l'UICN pour guider les politiques et les actions

En 2008, Abou Dhabi a accueilli la première réunion des présidents des groupes de spécialistes de la Commission de la sauvegarde des espèces de l'UICN. Ce fut un moment décisif pour la CSD. Il s'agissait de la première réunion en personne de tous les présidents des groupes de spécialistes. La direction de la CSD s'est depuis réunie à Abou Dhabi en 2012 et 2015, puis à nouveau en octobre 2019. Quatre réunions en 11 ans. Ces réunions permettent à la CSE de planifier et d'élaborer des stratégies pour contribuer à la sauvegarde des espèces les plus menacées du monde.

Cette première réunion en 2008 a également été un moment décisif pour Abou Dhabi au regard de ses efforts pour la conservation des espèces à échelle mondiale. Elle a permis de jeter les bases du Fonds de conservation des espèces de Mohamed bin Zayed. La CSE nous a appris les conditions qui facilitent les efforts de conservation des espèces : un soutien financier opportun, souvent d'un montant inférieur à 25 000 dollars, afin de soutenir les efforts directs de conservation des espèces sans obstacle bureaucratique majeur. Depuis 2009, le Fonds de conservation des espèces Mohamed bin Zayed a soutenu plus de 2 000 subventions, dont près de 20 millions de dollars ont été alloués à 1 300 espèces et sous-espèces.

Depuis, le contexte environnemental mondial a changé, parfois en mieux, mais malheureusement aussi en pire. Si, à l'échelle mondiale, des progrès ont été accomplis dans la résolution de certains problèmes tels que la pollution plastique, la sensibilisation au changement climatique et la pression croissante exercée par la jeunesse sur les dirigeants mondiaux pour qu'ils agissent de manière décisive et répondent aux défis que pose le changement climatique, nous avons malheureusement aussi assisté à la destruction presque incontrôlée des forêts tropicales humides et à l'accélération du rythme d'extinction des espèces. Nous perdons même des espèces dont notre propre survie pourrait bien dépendre, comme l'humble abeille mellifère et une myriade de pollinisateurs.

Le soutien initial d'Abou Dhabi à la CSE est né du lien affectif et spirituel de notre nation et de ses dirigeants avec la nature et les personnes. Elle n'est pas née d'un plan stratégique, ni d'un exercice de hiérarchisation des priorités. Elle est née de la seule prise de conscience d'Abou Dhabi qu'il n'y a pas d'avenir là où il n'y a ni biodiversité ni population.

D'après le récent rapport de l'IPBES (Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques), qui s'appuie en grande partie sur les données et les recherches de l'UICN, un million d'espèces animales et végétales sont menacées d'extinction, un triste record dans l'histoire de l'humanité. Il est très intéressant de noter que les principales menaces immédiates pour les espèces sont les mêmes menaces traditionnelles et exacerbées qui mettent en danger les espèces depuis que le mouvement de conservation existe : la surexploitation, la destruction des habitats, les espèces envahissantes et la pression du développement économique sur la nature. Le changement climatique est une menace supplémentaire très sérieuse ; mais se concentrer UNIQUEMENT sur le changement climatique ne sauvera pas beaucoup d'espèces de l'extinction.

Ici, dans notre région, nous avons pu constater en première ligne les effets de ce déclin. En 2008, l'UICN a déclaré l'extinction de la majestueuse gazelle saoudienne qui avait pourtant survécu de nombreuses années dans le dur environnement désertique. Aux Émirats arabes unis, la tortue imbriquée - qui s'alimente dans nos eaux et niche sur nos plages - et le léopard d'Arabie sont tous deux en grave danger d'extinction. 

Ne relâchons pas notre vigilance au regard de certaines de nos espèces les moins menacées, par exemple le hamour - ou mérou à taches orange - un aliment de base de nos zones de pêche. Bien qu'il soit actuellement classé comme étant « moins menacé », son nombre décroît aux EAU. Les pressions sur notre biodiversité semblent ne faire qu'augmenter, et nous devons rester vigilants.

En tant que leader gouvernemental chargé de préserver notre environnement national, j'ai appris et je sais d'expérience quels sont les besoins et des défis à relever pour équilibrer et allier le développement à la protection de l'environnement. Je sais combien des politiques, des cadres juridiques adéquats et la collaboration internationale sont nécessaires, et le besoin qui est le nôtre de pouvoir compter sur des personnes qualifiées et des données précises. 

Les efforts d'Abou Dhabi ont porté leurs fruits dans une certaine mesure et nos eaux abritent toujours la deuxième plus grande population de dugongs au monde. Nos scientifiques et nos rangers ont découvert plusieurs nouvelles espèces, et nous protégeons plus de biodiversité terrestre et marine que jamais auparavant, à un moment où notre pays s'est énormément développé.

Des actions directes et locales sont également nécessaires pour de nombreuses espèces. Elles ne peuvent survivre que grâce à de meilleures politiques et à des accords internationaux.

Abou Dhabi est fière de ses contributions au programme de réintroduction de l'oryx à cornes en forme de cimeterre, qui a réussi à ramener cette belle créature dans son habitat historique au Tchad, où plus de 200 animaux ont été réintroduits en moins de trois ans et vivent à présent à nouveau en liberté. Cette espèce avait été déclarée éteinte à l'état sauvage dans la liste rouge de l'UICN. Cette initiative démontre l'incroyable pouvoir de la collaboration entre les pays pour créer un impact environnemental, quelque chose que la CSE connaît bien. 

Je mentionne la Liste rouge des espèces menacées de l'UICN, car il s'agit sans aucun doute de l'outil de connaissance le plus connu de l'UICN, un outil que de nombreux gouvernements utilisent pour établir des priorités, élaborer des plans et investir judicieusement leurs ressources. Le pouvoir de la connaissance scientifique impartiale est énorme lorsqu'elle est appliquée à l'élaboration de politiques et d'actions adéquates. 

Après tout, la conservation transcende les frontières - et il nous incombe à tous de travailler ensemble pour assurer l'avenir à la prochaine génération et au-delà.

À l'heure où certains remettent en question l'existence même des menaces environnementales qui pèsent sur notre Terre, nous devons nous efforcer de fournir des preuves impartiales qui permettent de prendre des décisions fermes pour le bien de notre planète. Et nous devons le faire dans un cadre où tous les acteurs de la société peuvent s'engager, notamment les gouvernements, la société civile, les communautés indigènes et notre jeunesse.

Abou Dhabi est fière de son partenariat durable avec l'UICN. Cette organisation a tant à offrir et Abou Dhabi soutient fermement les efforts fondamentaux de l'UICN. Nous savons tous que si nous devions créer l'UICN aujourd'hui, par rapport à sa création il y a plus de 70 ans, nous ne le pourrions probablement pas en raison du climat politique conflictuel actuel. Nous devons soutenir l'UICN, mais nous devons aussi être conscients de ses lacunes, travailler à son amélioration, et préserver sa pertinence à un moment où elle est plus que jamais nécessaire.

Près de 300 dirigeants de la CSE ont participé à la dernière convention à Abou Dhabi, notamment les dirigeants de la commission, le personnel de l'UICN et les coordinateurs des autorités de la Liste rouge. Mais à l'échelle mondiale, l'effort est bien plus important. Plus de 10 000 bénévoles participent aux activités de la CSD dans plus de 140 groupes de travail et, ensemble, nous devons changer le monde.

Ensemble, nous pouvons sensibiliser à notre travail vital pour la protection des espèces les plus menacées du monde.

Ensemble, nous pouvons nouer le dialogue en poursuivant notre mission de protéger la vie qui nous donne la vie.

N'attendons pas et assurons-nous que nos actions sont significatives et efficaces, car l'extinction est sans appel.

(Ce billet de blog est une adaptation de mon discours lors de la quatrième convention des dirigeants de la CSD à Abou Dhabi en octobre 2019).