« À mesure que la nature s'effrite, nous perdons notre âme » Entretien du Financial Times avec Razan Al Mubarak

Français English Español العربية

Dans un entretien accordé au Financial Times, Razan Al Mubarak explique pourquoi elle pense que la double crise existentielle du changement climatique et de la perte de biodiversité est le plus grand enjeu de notre temps. 

« Du point de vue de la biodiversité, on estime que 10 000 espèces disparaissent chaque année à un rythme mille fois plus rapide qu'à toute autre période de l'histoire. Plus que jamais, Covid-19 a démontré l’interdépendance entre la perte de biodiversité et la santé des humains, de toutes les espèces et de la planète elle-même. En outre, je suis convaincue que lorsque nous perdons la nature, nous nous perdons nous-mêmes. En tant qu'espèce, nous avons évolué  physiquement, culturellement et spirituellement en réponse à notre environnement. À mesure que la nature s'effrite, nous perdons notre âme. » 

Seule femme à se présenter à la présidence de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), elle explique également comment la maternité a inspiré sa mission de sauvegarde de la planète. 

« Ma plus grande réussite personnelle est d'avoir construit une famille avec mon mari et d'avoir élevé notre fille. Ma plus grande réussite professionnelle est encore à venir. Il y a tant à faire pour assurer la protection des merveilles de la nature aux générations futures, y compris celles de mon enfant - et de sa génération ». 

Si elle est élue présidente de l'UICN, Mme Al Mubarak sera la deuxième femme à diriger l'organisation, en 72 ans, après Yolanda Kakabadse qui a exercé ses fonctions de 1996 à 2004.

Lire l’entretien de Razan Al Mubarak ici.