À la COP27, Razan Al Mubarak défend les solutions fondées sur la nature

Photo credit: Gertie Goddard, Greenhouse Communications.

Français English Español العربية

Lors de la conférence des Nations Unies de 2022 sur le changement climatique, connue sous le nom de COP27, à Sharm El-Sheikh, en Égypte, La présidente de l’UICN, Razan Al Mubarak, s’est jointe aux dirigeants mondiaux pour lancer une nouvelle initiative mondiale qui conduira à la mise en œuvre de solutions éprouvées qui exploitent efficacement la nature pour lutter contre le changement climatique.

Lors de la Journée de la biodiversité à la COP27 (16 novembre), Mme Al Mubarak, Nigel Topping, le champion de haut niveau du Royaume-Uni du climat, la ministre égyptienne de l’Environnement, Yasmine Fouad, et d'autres dirigeants ont dévoilé L'initiative ENACT, qui coordonnera les efforts mondiaux pour faire face au changement climatique, à la dégradation des terres et des écosystèmes, et à la perte de biodiversité grâce à des solutions basées sur la nature (NBS). Cette initiative favorisera l'adoption du NBS à l'échelle mondiale et permettra de suivre les progrès réalisés grâce à un rapport annuel présenté lors des futures COP

Mme Al Moubarak a déclaré: « Les crises de la biodiversité et du climat sont étroitement liées, et les solutions basées sur la nature offrent un moyen efficace de faire face à ces deux crises en même temps. Nous avons réalisé des progrès significatifs lors de la COP27 pour faire avancer l'adoption de solutions basées sur la nature, et ces efforts ont été encore renforcés par le lancement d’ENACT, qui nous aide à accélérer une action intégrée significative en faveur du climat et de la biodiversité dans le monde entier.”

Lors de la COP27, Mme Al Mubarak a également pris la parole lors de deux événements majeurs portant sur le lien essentiel entre l’océan, le climat et la biodiversité

Le premier événement s'est concentré sur la mise en évidence les progrès réalisés dans le cadre de l'initiative de la Grande Muraille Bleue, un réseau inédit de pays de la région de l’océan Indien occidental axé sur la conservation et la restauration de « zones marines » qui aident à la récupération de la biodiversité tout en fournissant des revenus durables et en aidant à protéger les communautés des effets du changement climatique 

Mme Al Mubarak a déclaré : « La région de l'océan Indien occidental est la plus touchée par les effets du changement climatique. Il est inspirant de voir les dirigeants de cette région relever le défi et donner aux communautés locales les moyens de créer ensemble la Grande Muraille bleue, de devenir les gardiens de leurs écosystèmes locaux et de montrer la voie vers un avenir positif pour la nature que le reste du monde peut suivre."Lors de la Plateforme des Innovateurs de l'océan , accueillie par la Fondation Prince Albert II de Monaco, Mme Al Mubarak a souligné l'importance des océans : "L'Océan est au carrefour de tous les grands défis auxquels l'humanité est confrontée aujourd'hui, et le changement climatique et la perte de biodiversité ne font pas exception. Nous devons investir davantage dans l’océan – notre cœur bleu – car il est la clé de notre monde durable»